Mis à jour le:

17/11/2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 17/11/2019:

Album  Modélisme 2

 

 

Le 20/10/2019:

Une nouvelle vidéo avec la BB 25528 de R37.

"Via Héricy" (2)

 

Voir aussi l'album  PLM 10  avec une nouvelle vidéo de trains "réels"!

 

 

 

Le 08/09/2019:

Une nouvelle vidéo (trains 1 et 2 Mistral, Direct 103 et 5072)

"Via Héricy" (2)

 

 

Le 15/08/2019: 

Un nouveau venu sur:

"Via Héricy" (2)

 

 

 

 

 

Une petite archive familiale que ma cousine a retrouvé dans ses tiroirs. Qu'elle en soit remerciée! J'avoue que je sais peu de choses sur ce cliché, peut-être pris par son grand-père qui était "au chemin de fer". Il s'agit d'une 141 F, pavoisée pour je ne sais quelle occasion. Le locotracteur diesel nous indique que nous sommes peut-être vers la fin des années :50, et plus certainement encore dans les années 60. En scrutant l'image à la loupe, on peut lire le chiffre "4" sur le tablier de la locomotive, ce qui correspond à la région Sud-Ouest. Le lieu reste lui aussi à identifier...

 

 

 

 

 

 

Bienvenue à bord de "Balade en Train"!

Prêts pour une balade en train (de surcroît en première classe)? Bienvenue sur mon nouveau site dédié à la photographie de trains, après 25 années passées à courir après les camions (je préfère ne pas compter les kilomètres parcourus à la recherche du bon sujet)! Bien sur, je ne vais pas rayer cette longue période d’un trait, et - en réalité - les deux centres d’intérêt (trains et camions) ont toujours cohabité. Permettez-moi une brève explication, notamment par rapport aux trains puisque c’est le sujet dont va traiter ce site.  De cette façon, pous pourrez mieux cerner ma culture et mes goûts ferroviaires (et par conséquent l’esprit de "Balade en Train" ).

 

Je suis né à Birmingham, en Angleterre. Hasard anécdotique, bon nombre de voitures de la CIWL (Compagnie Internationale des Wagons-Lits) ont été construites dans cette ville. L’épisode Anglais n’a duré qu’une dizaine d’années et - depuis 1968 - j’habite près de Montereau, en Seine et Marne. Cette précision a son importance puisque je me situe à peine à quelques kilomètres du mythique PLM (Paris Lyon Marseille)et de la ligne à grande vitesse, et à une trentaine de kilomètres de la fameuse ligne 4 (Paris-Bâle).Nous pouvons même ajouter la petite ligne à voie unique et non éléctrifiée de Montereau à Flamboin - Gouaix qui fait le lien entre le PLM (Sud-Est) et la ligne 4 (Est). Elle vient d’être réactivée, et j’ai même appris qu’une rame TGV y est passée récemment (en remorque évidemment; elle était acheminée vers les ateliers de Romilly (Ligne 4) pour la maintenance).En plus de tout cela, je travaille à Poissy, ce qui me fait porter un regard furtif sur le réseau Ouest (je dis "furtif", car mes obligations professionnelles font que je ne peux pas m’attarder près de la ligne de chemin de fer, même si j’entrevois des choses intéressantes. Mais promis, ce réseau fera l’objet d’une journée à part!…

 

J’ai découvert l’univers des trains vers l’age de dix ans, dans les années 1969-70 (à la limite de l’époque III et de l’époque IV).Bien qu’étant très jeune, mes goûts se sont portés rapidement et de manière très précise vers les TEE (Trans Europ Express) et la CIWL. Il est vrai que sur  le PLM, nous avions à l’époque -et en toute objectivité - ce qui se faisait de mieux: le Mistral, le Cisalpin  (j’ai connu la version d’avant 1974 en rames RAe des CFF, puis les voitures Mistral 1969 tractées par les CC 21000 - bref, le top!). Le soir, j’étais à l’affût du Train Bleu ou du Palatino…Hormis les TEE qui étaient composés d’un matériel spécifique, je me souviens que lorsque je regardais passer des trains rapides plus "ordinaires", je guettais toujours la voiture-restaurant bleue de la CIWL ou rouge de la SNCF. C’était le critère pour que ces trains emportent ma préférence.Toujours en ce qui concerne les voitures voyageurs et si il fallait ne retenir qu’un modèle, ce serait une voiture de type Mistral 1969. Elles étaient belles, fines, élégantes et je trouve que l’on n’a pas fait mieux depuis. Par chance, j’ai "sauvé" quelques unes de ces voitures en photo.Du côté des trains de marchandises, je me souviens que la plupart d’entre eux empruntaient la ligne entre Melun et Montereau via Héricy (les trains rapides restaient quant à eux sur la ligne "principale" via Fontainebleau et Moret. Pour en revenir aux marchandises, j’avais une préférence pour les BB 8100 très présentes. Je revois surtout les convois de sens impair. Ils abordaient la gare de Montereau par le pont de Corbeil, et marquaient presque tous l’arrêt au quai 1 qui ne servait déjà plus au trafic voyageurs.

 

Au début des années 1980, l’arrivée des TGV qui se ressemblaient tous m’a détourné du train et j’ai commencé à photographier les camions que j’appréciais aussi depuis longtemps. Cela a duré 25 ans (de 1987 à 2012), comme je l‘ai indiqué plus haut. J’avais quitté les trains au moment où l’on annonçait les locomotives Sybic comme étant la prochaine sensation. Maintenant que je reviens à l’univers ferroviaire, les premiers TGV orange sont déjà devenus "collector", et j’entends parler de "privés",de "Traxx" ou "d‘Infra" . Nous découvrirons ensemble de quoi il s’agit.

 

Cela dit, il subsiste un train qui réussit à faire le lien entre les beaux rapides de mon enfance et l’époque actuelle. Il s’agit du VSOE (Venice Simplon - Orient -Express) que je vais essayer de suivre régulièrement et qui devrait occuper une place de choix sur mon site (voir mon « reportage«  sur le tout premier voyage de la saison 2012). 

 

Encore quelques mots pour attribuer une mention particulière à la ligne 4, car même si j’habite tout près du PLM qui m‘a beaucoup influencé à une époque, je peux aussi facilement me rendre sur la ligne 4 et couvrir un secteur qui va - en prenant large - de Verneuil l’Etang jusqu’à Flamboin - Gouaix. Dans ce périmètre, Nangis se situe à une vingtaine de kilomètres, et les deux extrémités (Verneuil l’Etang et Flamboin) sont à une quarantaine de kilomètres. Le tout se trouve en Seine et Marne, vaste département qui borde Paris par l’Est.

 

Par endroits, notamment entre Longueville et Flamboin, la ligne 4 prend des allures de réseau miniature et idéal car le décor présente tous les éléments auxquels un modéliste peut rêver: viaducs (Longueville), coteaux ondoyants (Chalmaison), sans parler  de l’absence des poteaux et ficelles, ce qui apporte un charme indéniable et fait de cette ligne la dernière grande artère non électrifiée de France (mais pour combien de temps encore)? Et si vous voulez ajouter un train digne de ce décor de rêve, dites-vous que le VSOE passe ici de temps en temps (voir photos).Un peu plus haut, en remontant vers Paris, la ligne 4 débouche sur le plateau de la Brie, paysage également caractéristique de l’Ile de France, si proche de la capitale mais souvent encore si rural (Nangis, Mormant)…D’ailleurs, beaucoup de Franciliens (dont je fais partie) souhaitent que nos villages conservent ce caractère rural.

 

Je vous laisse découvrir mes toutes premières photographies . Ce "renouveau" date de Février 2012 et je l’ai agrémenté de quelques archives que je glisserai de temps en temps. J’espère que vous  apprécierez le voyage (toutes les photographies présentées sur le site sont de l‘auteur).
Patrick STEPHANE

Avril 2012.

 

(Fan de la Compagnie Internationale des Wagons-Lits, des Trans Europ Express, du PLM et de la ligne 4)!